Steve Lukather

Steve Lukather

Cet événement a déjà eu lieu

Concert en focus le 21 avril 2018: G3 European Tour au Stadsschouwburg Anvers avec Joe Satriani live et Uli Jon Roth formerly The Scorpions et avec John Petrucci de Dream Theater.

Au milieu des années 1970  Il fait la connaissance des frères Porcaro. Jeff Porcaro  recommande le jeune Lukather dans les studios de Los Angeles . Steve est aussi parrainé par un autre guitariste de studio de renom: Jay Graydon. En quelques années, il devient le premier choix (« first call musician ») des artistes et producteurs de Los Angeles  qui recherchent son style moderne et résolument rock, sa versatilité, sa sonorité incomparable, sa créativité et son efficacité d’exécution.

Entre 1978 et 1990 Steve Lukather est le plus demandé des guitaristes de studios de Los Angeles. Il forme avec Jeff Porcaro  et bien souvent d’autres membres de Toto le backing group de studio de quasiment tous les artistes de renom des années 1980: Paul McCartney , Michael Jackson, Joe Cocker, Lionel Richie, Cher, Boz Scaggs , Elton John, Eric Clapton, Earth, Wind and Fire , Joni Mitchell, Olivia Newton-John , George Benson… On retrouve son nom dans des centaines de disques. Elton John et Miles Davis  lui proposent de jouer pour eux, mais il préfère se consacrer à son groupe, Toto . Au début des années 1990, il devient très sélectif sur ses choix et arrête quasiment de faire des sessions de studio, sauf pour ses amis. Il a remporté plusieurs Grammy Awards  avec Toto  (catégorie pop-rock), avec George Benson   (catégorie R’n’B), et Larry Carlton (catégorie Jazz). Son style de guitare est devenu la référence dans les studios du monde entier et est toujours abondamment copié, que ce soit pour le son ou bien le style.

Il se caractérise par un son saturé proche du heavy metal, une utilisation quasi systématique des effets chorus et echo (en solo), une capacité à jouer rapidement en alternant des motifs binaires (double et triples croches) et ternaires (triolets), une maitrise du jeu « sur les accords » hérité du jazz, et surtout un grand sens mélodique qui fait « chanter » la guitare.