2011

MARK KNOPFLER: The former lead guitarist and vocalist of the “Dire Straits” achieved phenomenal success with his group in the Eighties and still is one of the most popular songwriters and musicians till this day with a remarkable solo career. His sixth solo album “Get Lucky” was highly acclaimed all over the world. Actually he is in the studio to work on his new album, which will be released in 2012.

The second half of the show will be dedicated to a real legend in music: BOB DYLAN and his band! He has been out there on the stage for almost 50 years now, enchanting fans and critics with his hand-made and sophisticated yet commercially successful music. It is not for nothing that he is considered as the probably most influential musician of the 20th century. He stands for a massive output with equally high quality and quantity: Bob Dylan has released 42 records since 1962 and he also sets records with his live performances. He’s played more than 2,000 concerts around the world, a concert series which he describes as his “Never ending Tour” and maybe it will never end because his millions of fans around the world won’t let him stop touring. “Blowing In The wind”, “Like A Rolling Stone”, “Knockin’ on Heaven’s Door”, “The Times They Are A-Changin’”… no other artist has such a list of hits that wrote the soundtrack of not only one generation!

Dylan and Knopfler have been working together for a long time, since the late seventies, when Mark Knopfler played on Dylan’s album “Slow Train Coming” as a studio musician and co-produced “Infidels” in 1983. Now they will enjoy the experience of sharing the stage. On October 19th, the waiting’s over: Bob Dylan will finally step on the stage again together with Mark Knopfler to delight their local fans at the Sportpaleis! This double bill is an absolute must, so get your tickets in time.

Concert en focus le 21 avril 2018: G3 European Tour au Stadsschouwburg Anvers avec Joe Satriani live et Uli Jon Roth formerly The Scorpions et avec John Petrucci de Dream Theater.

Au milieu des années 1970  Il fait la connaissance des frères Porcaro. Jeff Porcaro  recommande le jeune Lukather dans les studios de Los Angeles . Steve est aussi parrainé par un autre guitariste de studio de renom: Jay Graydon. En quelques années, il devient le premier choix (« first call musician ») des artistes et producteurs de Los Angeles  qui recherchent son style moderne et résolument rock, sa versatilité, sa sonorité incomparable, sa créativité et son efficacité d’exécution.

Entre 1978 et 1990 Steve Lukather est le plus demandé des guitaristes de studios de Los Angeles. Il forme avec Jeff Porcaro  et bien souvent d’autres membres de Toto le backing group de studio de quasiment tous les artistes de renom des années 1980: Paul McCartney , Michael Jackson, Joe Cocker, Lionel Richie, Cher, Boz Scaggs , Elton John, Eric Clapton, Earth, Wind and Fire , Joni Mitchell, Olivia Newton-John , George Benson… On retrouve son nom dans des centaines de disques. Elton John et Miles Davis  lui proposent de jouer pour eux, mais il préfère se consacrer à son groupe, Toto . Au début des années 1990, il devient très sélectif sur ses choix et arrête quasiment de faire des sessions de studio, sauf pour ses amis. Il a remporté plusieurs Grammy Awards  avec Toto  (catégorie pop-rock), avec George Benson   (catégorie R’n’B), et Larry Carlton (catégorie Jazz). Son style de guitare est devenu la référence dans les studios du monde entier et est toujours abondamment copié, que ce soit pour le son ou bien le style.

Il se caractérise par un son saturé proche du heavy metal, une utilisation quasi systématique des effets chorus et echo (en solo), une capacité à jouer rapidement en alternant des motifs binaires (double et triples croches) et ternaires (triolets), une maitrise du jeu « sur les accords » hérité du jazz, et surtout un grand sens mélodique qui fait « chanter » la guitare.

Ils sont trois, viennent d’Italie et sont d’impressionnants ténors… âge moyen : 17 ans !

Il Volo est composé d‘Ignazio Boschetto (né le 04/10/1994), Piero Barone (né le 24/06/1993) et Gianluca Ginoble (né le 11/02/1995). Ces trois jeunes italiens ont ébloui la production et les téléspectateurs de l’émission « Ti lascio una canzone » lors de leurs prestations diffusées sur la Rai 1 en 2009. Au départ tous inscrits individuellement dans la compétition, leurs capacités vocales et leur talent ont pris encore plus d’ampleur lors des épreuves de trio imposées par l’émission. La collaboration entre ces trois voix s’est imposée comme une évidence : les trois ados ont décidé de former le groupe « Il Volo ».

Inutile de préciser que le buzz a été très rapide sur ce véritable phénomène : le groupe a clôturé le dernier festival de San Remo et déclenché une standing ovation. L’excitation dépassera les frontières : le groupe sera signé en join venture avec Interscope/Geffen et Universal Music Italie.

La production de leur premier album a été confiée à de véritables pointures : Humberto Gatica (Andrea Bocelli, Barbara Streisand, Chicago, Madonna, Elton John…), Michele Torpedine (Miles Davis, Joe Cocker, Al Green…), Tony Renis (Josh Groban, Céline Dion …).

Ce premier album éponyme du trio italien « Il Volo » réunit dix interprétations d’exception dans un large éventail de styles. Il mondo de Jimmy Fontana, È la mia vita (la chanson la plus inspirée et la plus poignante de la carrière d’Albano) et Un amore così grande (rendu célèbre par Mario del Monaco) illustrent la grande tradition de la chanson italienne, tandis que ‘O sole mio (probablement la chanson Italienne la plus connue dans le monde) rend hommage à la tradition napolitaine avec un clin d’oeil aux rythmiques rock d’Elvis Presley. L’album propose également une superbe version de Smile, le chef d’oeuvre de Charlie Chaplin, interprété à l’origine par Nat King Cole et enregistré par Michael Jackson en 1995. Le jeune trio propose également des versions étonnantes de Per te de Walter Afanasieff (couronné de Grammy Awards et qui a produit des succès de Mariah Carey et également My Heart Will Go On de Celine Dion) et de El Reloj, un classique de la chanson mexicaine de Roberto Cantoral qui a également été interprété par Mina.

Momentum est la dernière création de Mayumana.
Elle a été présentée en première à Madrid en 2008 et, depuis lors, plus de 750 000 spectateurs à travers le monde sont venus l’applaudir.

Ce show explore la relation entre temps et rythme, entre temps et synchronisation. Des éléments temporels et des détecteurs de mouvements ont été développés spécialement pour le spectacle. L’ensemble est soutenu par une technologie vidéo de pointe. Le résultat ?
Une fête explosive et haute en couleur, un mélange de rythmes endiablés, de musique live, d’images à couper le souffle, d’audace et de chorégraphies éblouissantes. Le tout suscitant une participation active du public.

Momentum repose sur un dialogue étroitement synchronisé entre des logiciels et du matériel sophistiqués, sur des effets spéciaux simples, sur l’imagination débridée de ses créateurs et sur la virtuosité et le talent des artistes.
Une technique de pointe Tout comme les artistes sur la scène, l’équipe technique de Momentum prend son travail très à cœur.

Une caractéristique qui nous donne l’opportunité d’ajouter de nouvelles dimensions à nos idées créatives. Grâce aux techniques utilisées, le public peut également laisser libre cours à son imagination et exprimer sa curiosité au sujet du temps et de ses dimensions.
Les horloges qui sont intégrées dans le décor disposent d’aiguilles qui indiquent parfois l’heure juste, parfois pas… Leur rythme change et s’adapte de manière surprenante à celui de la musique et des danseurs.

Des mécanismes spéciaux activent des effets de son et lumière contrôlés par des artistes et parfois même par le public.
Des détecteurs de lumière qui déclenchent un système sonore permettent de créer des sons en entrecoupant des rayons lumineux.
Lors de chaque spectacle, des échantillons de musique et des fragments de vidéo synchronisés sont enregistrés afin d’être réutilisés plus tard dans la représentation.